mardi 26 avril 2016

Earthstar



It is a Geastrum (orthographical variant Geaster), a genus of mushroom in the family Geastraceae. Many species are known commonly as earthstars.
The name comes from geo meaning earth and aster meaning star.

It refers to the behavior of the outer peridium. At maturity, the outer layer of the fruiting body splits into segments which turn outward creating a star-like pattern on the ground.


If the outer peridium opens when wet and closes when dry, it is described as hygroscopic.


 
The inner peridium is a spore sack. In some species, the outer peridium splits from a middle layer, causing the spore sack to arch off the ground.

They are generally not toxic but considered non-edible due to their fibrous texture in the mature stage that they are generally found at.


Champignons étonnants et détonants


 
Il s’agit d’un Geastrum qui fait partie des Geastraceae, famille de champignons basidiomycètes gasteromycètes.
Son nom vient de geo qui signifie terre en grec et de aster qui signifie étoile.
J’ai pu faire l’expérience de la particularité de ce champignon : les fructifications sont hygroscopiques ainsi par temps sec, les « pétales » sèchent et se replient autour du sac souple portant les spores, en le protégeant. Souvent, le champignon dans cet état se détache du sol et roule comme un virevoltant poussé par le vent.
 
 
Lorsque le temps redevient humide, les pétales se déploient vers l'arrière et le sac se soulève du sol. Cela permet aux gouttes de pluie ou aux animaux de le frapper et de disperser les spores, qui sont éparpillées quand il y a suffisamment d'humidité pour germer.
 
Ils ne sont en général pas toxiques mais ne sont pas considérés comestibles parce que trop fibreux.
 

samedi 23 avril 2016

Blue green

Myosotis (Myosotis arvensis) are currently blooming everywhere around the farm.



Its name comes from the Greek: "mouse's ear", after the leaf. The color is usually blue but can also be pink or white. They are commonly called forget-me-not in English, and with the same meaning no-me-olvides in Spanish, nontiscordardime in Italian, niezapominajki in Polish and in many other languages (Danish, Dutch…).

The forget-me-not is used to symbolize remembrance by Alzheimer Society, International day for missing children, Child Focus, and for the 100th anniversary of the Armenian Genocide…
This plant is easily spread, even in towns, like here in Brussels:


jeudi 21 avril 2016

Bleu pâturage

Les Myosotis (Myosotis arvensis) fleurissent en ce moment nos prés et talus tout autour de la ferme.
 
 
Les espèces sauvages présentent des fleurs de couleur bleue, parfois rose ou blanche.

Elle a de nombreux noms communs et tout particulièrement « oreille-de-souris » qui correspond au sens étymologique du mot myosotis en grec.
Elle est aussi surnommée par des phrases poétiques amoureuses dont la plus utilisée est « ne m'oubliez pas ». Selon une légende, un chevalier et sa dame se promenaient le long d'une rivière. Il se pencha pour lui cueillir une fleur, mais perdit l'équilibre à cause de son armure et tomba à l'eau. Alors qu'il se noyait, il lança la fleur vers sa dame en criant « Ne m'oubliez pas ! ».

Cette phrase pour désigner la fleur est d'ailleurs restée en allemand (vergiss mich nicht), en anglais (forget-me-not), en espagnol (no-me-olvides), en italien (nontiscordardime), en polonais (niezapominajki) et dans beaucoup d'autres langues (danois, néerlandais, roumain, etc.).

Ainsi cette petite fleur a été choisie souvent comme emblème pour invoquer la mémoire, le souvenir: par la Société Alzheimer, pour la Journée internationale des enfants disparus, par Child Focus et pour le centenaire du génocide arménien en 2015…

Cette plante pérenne se ressème facilement et parfois même dans les villes, comme ici à Bruxelles:
 
 

dimanche 17 avril 2016

Green festival

 

On top of the mountain, the forest is fully recovering its green colors.

Toute de verts vêtue



Entre les conifères du haut de la montagne, les différentes essences de feuillus retrouvent leurs feuilles peu à peu, dans une explosion de verdure.

samedi 16 avril 2016

Pretty but risky

A strange small plant is flowering along the creek side these last weeks.

 
Corydalis solida, or fumewort, is native to moist, shady habitats along rivers. It is an ephemeral, with foliage that appears in spring and dies down to its tuberous rootstock in summer. It has narrow, long-spurred flowers that show color variation, and may be mauve, purple, red, or white.
 
 
Like some other plants already described on this blog, the seeds are disseminated thanks to ants.
This plant, in particular the root, is toxic: it contains alkaloids (notably corydalin), high dose of which are dangerous for the spinal cord. The plant is used in phytotherapy against Parkinson disease.

jeudi 14 avril 2016

Sous la fragilité, le danger

Curieuse légère petite plante que voici trouvée sur les berges du Sant. Ses fleurs sont tout à fait reconnaissables car très allongées.
 
 
C’est une plante peu fréquente en France, la corydale à bulbe plein ou corydale solide (Corydalis solida), vernale (c'est à dire du printemps) qui déploie ses feuilles et bractées digitées ainsi que ses curieuses inflorescences légères rosés, bleutées, ou rouges mais rarement blanches.
 
 
Elle fleurit de mars à avril dans les haies, taillis, sous-bois frais au sol épais, souvent, comme ici, au bord d'un ruisseau.

Sa souche est tubérisée, enflée de réserves qui lui permettent de pousser rapidement dès que les températures sont clémentes. Comme chez d’autres plantes déjà décrites sur ce blog, les graines sont disséminées par les fourmis.
 
Attention, c'est une plante toxique, surtout par sa souche : elle contient des substances alcaloïdes au pouvoir paralysant : la corydaline par exemple, un narcotique léger paralysant la moelle épinière à forte dose. Utilisé en phytothérapie pour traiter la maladie de Parkinson.

lundi 11 avril 2016

Peacock butterfly

With the sunny spring days, all sorts of butterflies can be seen around here.



Let’s begin with the European Peacock (Aglais io), more commonly known simply as the Peacock butterfly.
It can easily be recognized with its colorful eye-spots on every wing, similar to peacock feather, explaining its name.

The other side of the wings is grey/brown. In order to avoid observation or detection by other animals, it blends into its environment by mimicking a leaf and staying immobile, particularly during hibernation (crypsis).
The Peacock is common here and can be found along the creek, in woods, fields, meadows and pastures. It can have up to three generations per year and hibernates over winter in attics, wood piles or holes in stones.
Saturnia pyri, the giant peacock moth, with eyespots too, has darker colors because it flies at night.


Other butterflies of our valley: here

Paon du jour

Avec l’arrivée du printemps, toutes sortes de papillons se promènent de fleurs en fleurs.
C’est avec le Paon du jour (Aglais io), lépidoptère (papillon) de la famille des Nymphalidae que nous allons commencer la saison 2016.
Il est aisément identifiable par ses ocelles vifs sur un fond vermeil qui rappellent ceux des plumes de paon, d'où son nom.



Le revers brun de ses ailes est par contre très terne et lui permet de se glisser au sein des feuilles mortes sans qu'il soit visible.
Il est assez fréquent ici car il apprécie les parties découvertes ensoleillées des bois et les berges boisées, vallons abrités buissonneux. Le Paon-du-jour est bivoltin, univoltin ou trivoltin. Les adultes hivernent dans des lieux sombres et frais, tels que des arbres creux, tas de bûches, crevasses de rochers, granges et greniers.

A noter qu’il existe aussi un paon de nuit, également pourvu d’ocelles, mais bien sûr moins coloré.


Voir d’autres papillons de notre vallée : ici

vendredi 8 avril 2016

Sunbath



A syrphid is having a rest under the nice sun of this beginning of April.

Hoverflies, sometimes called flower flies, or syrphid flies, make up the insect family Syrphidae. They are harmless to most other animals, despite their mimicry of more dangerous wasps and bees, which wards off predators. Here it is probably a Chrysotoxum cautum.
Main differences when compared to wasps: smaller antenna, no wasp waist, no sting, smaller and thinner.

Hoverflies are common throughout the world and can be found on all continents except Antarctica. As their common name suggests, they are often seen hovering or nectaring at flowers; the adults of many species feed mainly on nectar and pollen. Some adult syrphid flies are important pollinators.
Aphids alone cause tens of millions of dollars of damage to crops worldwide every year; because of this, aphid-eating hoverflies are being recognized as important natural enemies of pests, and potential agents for use in biological control.
They can move their wings very quickly (300 times per second), which allows them to stay in the same place and even go back, very useful movements when nectaring at flowers. Wasps cannot do that. Look at this Episyrphus balteatus:


They are easy to see from spring to autumn and not afraid when you approach to look at them.

Bain de soleil printanier




Une mouche Syrphe se dore au soleil d’avril

L’apparence du Syrphe prête à confusion, or ce n’est pas une guêpe, c’est une mouche (diptère). Il s’agit ici très probablement d’un Chrysotoxe prudent (Chrysotoxum cautum).
Il y en a 300 espèces différentes qui utilisent naturellement les mêmes couleurs que celles de certains hyménoptères (les abeilles/guêpes/frelons…), ce qui les protège des prédateurs, mais qui ne piquent pas.
On la distingue de la guêpe par les principales caractéristiques suivantes :
·         de plus petites antennes
·         pas de taille de guêpe
·         pas d'aiguillon
·         plus petite et plus fine

 
Cette mouche se nourrit du nectar des fleurs et est très utile parce qu’elle participe à la pollinisation de nos espèces florales et forestières. De plus, les larves se nourrissent de pucerons (elles sont aphidiphages comme les coccinelles).  C’est donc un excellent auxiliaire de culture.
Le syrphe a un rythme de battement d’ailes très rapide (300 par seconde), lui permettant de faire du surplace et même de reculer pour mieux passer de fleur en fleur. Ce que les guêpes ne font pas. Voici un Episyrphus balteatus:

 
 
Peu farouche, il est assez facile de s’en approcher … depuis le printemps jusqu’en automne.

mercredi 6 avril 2016

The Phoenix in the sky



These days, the sun is playing with clouds. A strong wind high in the atmosphere chases them and beautiful skies appear while the light flows on the reborn forest.

  A phoenix depicted in a book of legendary creatures by FJ Bertuch (1747–1822)

In Greek mythology, a phoenix or phenix (Greek: φοῖνιξ phoinix; Latin: phoenix, phœnix, fenix) is a long-lived bird that is cyclically regenerated or reborn. Associated with the sun, a phoenix obtains new life by arising from the ashes of its predecessor. According to some sources, the phoenix dies in a show of flames and combustion, although there are other sources that claim that the legendary bird dies and simply decomposes before being born again, like Nature.

L’envol du Phoenix



Ces jours-ci le soleil joue à cache-cache avec les nuages. Un vent fort à haute altitude les chasse vite ce qui donne de jolis cieux et éclaire par alternance la forêt qui s’éveille.
 

  Phénix par Friedrich Justin Bertuch, 1790-1830
 
Le phénix, ou phœnix (du grec ancien φοῖνιξ / phoînix, « pourpre »), est un oiseau légendaire, doué de longévité et caractérisé par son pouvoir de renaître après s'être consumé sous l'effet de sa propre chaleur. Il symbolise ainsi les cycles de mort et de résurrection. Selon certaines sources, le Phoenix meurt enflammé et se consume alors que d’autres sources prétendent que l’oiseau légendaire meurt et se décompose tout simplement avant de renaître comme la Nature qui nous entoure au printemps.

lundi 4 avril 2016

Morels hunting

Easter period is the time here for cooking omelette. It is also the period of finding morels. So why not having an omelette with morels?

 
Morchella, the true morels, is a genus of mushrooms closely related to anatomically simpler cup fungi. These distinctive fungi appear honeycomb-like, with their cap composed of a network of ridges with pits. Morels are sought by thousands of enthusiasts every spring for their supreme taste and the joy of the hunt, and are highly prized by gourmet cooks, particularly in French cuisine.

The true morels, is an edible mushrooms. However, as morels are known to contain thermolabile toxins (hydrazine) that are removed by thorough cooking, morel mushrooms should never be eaten raw.
The scientific name of the genus Morchella is derived from morchel, an old German word for mushroom (this may be another source for the name "merkel"), while morel itself is derived from the Latin maurus meaning brown.
 
 
In the US, morels hunters are very active:

Omelette des bois

Temps de Pâques, époque des omelettes. Epoque des morilles aussi, alors pourquoi pas une bonne omelette aux morilles.
 
 
Morchella (en français les morilles), est un genre de champignons ascomycètes de la famille des Morchellaceae. Ici nous trouvons surtout des morilles blondes qui font partie du clade esculenta.
La famille des Morchellacés offre généralement des spécimens comestibles après cuisson. Ces champignons sont en effet toxiques à l'état cru, contenant de l'hémolysine. On les conserve surgelées, séchées ou mises en bocaux.
Le nom du genre Morchella est dérivé de morchel, un ancien mot allemand pour désigner les champignons, tandis que morille et l'anglais morel sont dérivés du latin maurus : brun.
 

Aux USA, les « chasseurs » de morilles sont particulièrement actifs et passionnés.
 
 

vendredi 1 avril 2016

April bird



Let’s begin with a monthly proverb in Occitan:

La plueja del cocut,
Tanleu tombada
Tanleu essuicha.

In English:
The rain of the cuckoo (in April when the cuckoo sings)
As soon as dropped
As soon as dried

The cuckoo is this famous bird which kills its competitors in the nest and stays to be fed until being an adult.



Next proverb will be post on 1st may.

Oiseau d’avril


 

Inauguration d’un post mensuel donnant un proverbe occitan.
 
La pluèja del cocut,
Tanlèu tombada
Tanlèu essuicha. 

En français :
La pluie du coucou (= pluie d’avril, mois où le coucou chante)
Aussitôt tombée
Aussitôt essuyée 

Prononciation du proverbe en occitan (variante Languedocien sud Albigeois):
La plètso del coucut
Talèou toumbado
Talèou essouicho

Le coucou est le célèbre oiseau squatteur qui, non content de virer les autres occupant le nid, s’incruste et se fait nourrir.

 

Prochain proverbe le 1er mai.