lundi 29 février 2016

All blue on the creek side

Those last days the soil in the forest along the creek is being covered by beautiful blue flowers including the anther of the stamen.
Its name is Hyacinthoides italica, the Italian bluebell or Italian squill. It is a spring-flowering bulbous perennial plant belonging to the family Asparagaceae.
 
It is one of around 11 species in the genus Hyacinthoïdes, others including the common bluebell (Hyacinthoides non-scripta) in northwestern Europe, and the Spanish bluebell (Hyacinthoides Hispanica) further west in the Iberian Peninsula.
The Italian bluebell is sometimes used as an ornamental plant. It has gained the Royal Horticultural Society's Award of Garden Merit. 
 
This species is native to the central Mediterranean region, in northwestern Italy, in western Liguria, in southern France and in northeastern Spain. It can be found in olive groves, in dry and stony meadows, in clearings of forests and along our creek.

Toute de bleu vêtue

Depuis quelques jours, le sous-bois au bord du ruisseau s’est couvert de très jolies fleurs bleues y compris les anthères des étamines.
Il s’agit de Hyacinthoides italica, une fleur sauvage à bulbe pérenne apparentée aux jacinthes qui embaument nos maisons.
 
Cette délicate fleur sauvage est parfois utilisée comme plante d’ornement. Elle a gagné le prix « garden merit » de la Société Royale d’Horticulture au Royaume Uni.
Elle est native de la région méditerranéenne centrale, Nord-Ouest de l’Italie, Ouest de la Ligurie, Sud de France et Nord-Est d’Espagne. On la trouve dans les oliveraies, les prairies sèches caillouteuses ainsi que les clairières forestières, et même chez nous le long du ruisseau.

vendredi 26 février 2016

Vous reprendrez bien un petit Cassoulet ?

On raconte qu’au cours du siège de Castelnaudary, pendant la guerre de 100 ans (1337 - 1453), fut cuisiné le premier " estofat " aux fèves.
Réunissant toutes les réserves disponibles, les cuisiniers et cuisinières de cet ancien temps préparèrent un plat unique composé de fèves et de viandes diverses pour redonner force aux valeureux défenseurs de la cité. Après ce plantureux repas fort bien arrosé, les Chauriens se précipitèrent sur l'armée anglaise, qui prise de panique, leva le siège et ne s'arrêta, selon la légende, qu'aux rives de la Manche.
 
Les haricots, ramenés d’Amérique par Christophe Colomb, ont remplacé les fèves à partir du XVIème siècle.
Plusieurs villes revendiquent l’origine du Cassoulet, mais pour mettre tout le monde d'accord, le cassoulet est bien originaire de Castelnaudary, entre Toulouse et Carcassonne.
La cassole, plat en céramique qui lui a donné son nom était cuite dans une petite commune près de Castelnaudary.
La variété historique de haricots blancs (les mongeta en Occitan) et le confit utilisé étaient produits dans toute la région du Lauragais allant du sud du Tarn, à la Haute-Garonne et au Nord de l'Aude, d'où de nombreuses variantes de la recette.

Depuis, le Cassoulet a fait du chemin  et est maintenant très en vogue de New York à Osaka.
Si, si, la preuve : http://www.huffingtonpost.fr/2016/01/13/cassoulet-nouveau-plat-tendance-new-york-osaka_n_8967676.html
et:



Délice de saison. Mon grand-père y mettait quelques gouttes de vinaigre rouge avant de l'attaquer. A accompagner bien sûr avec un bon rouge du Sud-Ouest ou du Languedoc Roussillon, pourquoi pas un Fitou ou un Madiran.

Vous trouverez sur internet les recettes des Cassoulets de nos grands chefs mais celle que je préfère c’est celle-ci :
 
 

English version being done

mercredi 24 février 2016

The Prince of theorems

On the pavement of the square Jean Jaures in the nearby city of Castres is a tombstone bearing a name all students have heard about during one of their mathematics course: Pierre de Fermat.

Pierre de Fermat was born in the first decade of the 17th century close to Montauban, France (in 1601 or 1607) and died in Castres on 12 January 1665. He was a lawyer at the Parliament of Toulouse, France, and a mathematician who is given credit for early developments that led to infinitesimal calculus. In particular, he is recognized for his discovery of an original method of finding the greatest and the smallest ordinates of curved lines, which is analogous to that of the differential calculus, then unknown. He made notable contributions to analytic geometry, probability and optics.
Polymath, Fermat was Fluent in six languages: French, Latin, Occitan, classical Greek, Italian, and Spanish. He devoted his life to his work as a lawyer in the specific Chambre de l’Édit, settled in Castres. This Chambre contained the same number of Protestant and Catholic magistrates to ensure impartial justice in all cases involving Huguenots. That new Chamber was created following the Edict of Nantes which provided between 1598 and 1685 many rights to the Calvinist Protestants of France, including the right to bring grievances directly to the king. 
Nowadays, Fermat is best known for Fermat's Last Theorem, which he described in a note at the margin of a copy of Diophantus' Arithmetica.
Andrew Wiles, a British mathematician and a Royal Society Research Professor at the University of Oxford, states that he came across Fermat's Last Theorem on his way home from school when he was 10 years old. He stopped by his local library where he found a book about the theorem. Fascinated by the existence of a theorem that was so easy to state that he, a ten-year-old, could understand it, but nobody had proven it, he decided to be the first person to prove it. However, he soon realised that his knowledge was too limited, so he abandoned his childhood dream, for a while... But he went on working on it during decades and his proof was finally acknowledged in 1995. Older than forty years at that time, he could not be granted the Fields Medal but received many distinctions for finding this graal.

lundi 22 février 2016

Le Prince des théorèmes

Au milieu de la Place Jean Jaurès à Castres, une dalle porte un nom que tous les élèves ont croisé, un jour où l’autre, en cours de mathématiques, celui de Pierre de Fermat.

Pierre de Fermat est né au début du XVIIème siècle (1601 ou 1607) près de Montauban et est mort le 12 janvier 1665 à Castres. C’était un magistrat, polymathe et surtout mathématicien français, surnommé «le prince des amateurs». Il était aussi poète et parlait six langues: français, latin, occitan, grec classique, italien et espagnol. Il s'est intéressé aux sciences et en particulier à la physique; il est l'auteur de plusieurs théorèmes mathématiques et du principe de Fermat en optique.

Fermat avait acheté en 1638, la charge de Conseiller à la Cour en la première Chambre des enquêtes. En 1642, il obtient d'être nommé à Castres comme membre de la Chambre de l'Édit. C’était à l’époque de l’Edit de Nantes un tribunal paritaire chargé des litiges impliquant des protestants. Il siègera longtemps en cette cour car il appréciait notamment le séjour à Castres.

Son dernier théorème, inscrit sur la dalle, ne fut démontré par le mathématicien anglais Andrew Wiles de l'Université de Princeton qu’en 1995.
Pierre de Fermat lui-même écrivit dans la marge de son exemplaire des Arithmétiques qu’il en avait découvert une démonstration mais manquait de place pour la décrire. Toutefois, il semble assez improbable qu’il ait démontré son théorème dans le cas général; La démonstration utilise des outils mathématiques d'une grande complexité que, compte tenu des connaissances de son époque, Fermat ne pouvait pas soupçonner.

Wiles, ayant dépassé l'âge de quarante ans au moment de sa découverte, n'a pas pu être honoré de la médaille Fields, mais a reçu de nombreuses distinctions pour avoir enfin trouvé ce graal des mathématiques.

vendredi 19 février 2016

Occitan, Yes we speak!

Oc comes from Latin hoc, neutral form of pronoun which means “that’s it”. No specific word was available at the time to say yes.

From this comes the name of the Languedoc region, namely land of Oc language, situated around the city of Toulouse, South of France. The term Occitany appeared in the Middle Age comes also from Latin Occitania, same construction than the existing Aquitania (the region around Bordeaux) at Roman Empire times.

Today, in the Occitan language, yes is always “oc”, but the final letter c is not pronounced.
 

All along the Middle Age, in the North of France, two ways existed to say yes: o and oil. That word derives also from Latin hoc and ille (this).
The prononciation was not [oï] but o-il. As the prononciation of the letter o moved to [ou], oil was said [ou-il], then the final letter l disappeared (like the c of oc in the South) to end with [ou-i] and finally: oui! As it is always the case in French, language of France, from the name of the tribe: the Franks. 

A complete review of Occitan literature translated into English has been published recently and is available in our cottage.
 

Winter yellow flowers in the mountain

Common gorse (Ulex europaeus) (or furze or whin) is part of a genus of flowering plants in the family Fabaceae. The species are native to parts of Western Europe and northwest Africa, with the majority of species in Iberia. Common gorse flowers a little in late autumn and through the winter, coming into flower most strongly in spring. Some gorse is almost always in flower, hence the old country phrase: "When gorse is out of blossom, kissing's out of fashion".


Gorse is closely related to the brooms, and like them, has green stems and very small leaves and is adapted to dry growing conditions. However it differs in its extreme thorniness, the shoots being modified into branched thorns which almost wholly replace the leaves as the plant's functioning photosynthetic organs.
Gorse thrives in poor growing areas and conditions including drought. It grows in sunny sites, usually on dry, sandy soils, sometimes on very rocky soils, where many species cannot thrive. Its nitrogen-fixing capacity helps other plants establish better.
It is a valuable plant for wildlife, providing dense thorny cover ideal for protecting bird nests. Its flowers are also very much appreciated by bees. The complex morphology of the flowers includes a mechanism which maximizes the pollen taken away by the bees and hence the dissemination. In addition, the seed contains an elaiosome making it disseminated by ants, like several other plants described in this blog. Gorse flowers are edible and can be used in salads, tea and to make a non-grape-based fruit wine.
The furze is the badge of the Sinclair and MacLennan clans of Scotland. Compare this with the broom (planta genista) as the emblem and basis of the name of the Plantagenet kings of England.

mercredi 17 février 2016

Jaune, piquant et plein d’astuces, qui suis-je ?

Durant l’hiver, une plante en fleur illumine les landes siliceuses pauvres et ensoleillées, c’est l’ajonc (Ulex europaeus L.).


Il appartient à la vaste famille des Fabacées, l’une des plus diversifiées des plantes à fleurs, espèces mellifères comme les trèfles, les luzernes ou les sainfoins. Comme toutes les Fabacées, l’ajonc est aussi capable d’enrichir le sol, grâce à des bactéries symbiotiques qu’il abrite dans des nodules racinaires et qui transforment l’azote atmosphérique en azote assimilable par les plantes. Il favorise ainsi l’installation d’autres espèces plus exigeantes quant à la qualité du sol. Ainsi la lande sèche à ajoncs se boise-t-elle progressivement.
Ses rameaux sont transformés en épines acérées. Ses fleurs jaune d’or sont très odorantes et dont activement butinées par les abeilles. La corolle, d’un jaune d’or intense, présente une morphologie très caractéristique, dite papilionacée : Elle est constituée d’un large pétale dorsal appelé étendard, de deux pétales latéraux appelés ailes, et de deux pétales ventraux soudés ventralement, formant une sorte d’étui appelé carène, qui renferme les pièces fertiles. Un mécanisme astucieux de ressort dit de gâchette lui permet d’enduire les insectes butineurs de pollen.

Après pollinisation, l’ovaire évolue en une gousse. A maturité, par temps sec, celle-ci éclate brutalement, libérant 3 à 4 petites graines brunes. Comme d’autres plantes déjà décrite dans ce blog, chaque graine porte une petite excroissance, appelée élaiosome, contenant une substance lipidique très appréciée des fourmis qui assurent ainsi la dissémination.

Les ajoncs sont très répandus sur les landes d’Ecosse et certains clans l’ont adopté comme badge, épinglant un rameau d’ajonc sur leur béret.

mardi 9 février 2016

L’Occitan, la langue du Oui

Oc vient du latin hoc qui est la forme neutre du pronom démonstratif et signifie littéralement « ceci ». Car il n’existait pas encore de mot pour dire oui.
Pour confirmer, on disait donc: « c'est ceci »!
D’où le nom de la région Languedoc, pays de langue d'oc. Le terme Occitanie quant à lui apparaît au Moyen Âge sous sa forme latine Occitania comme existait déjà Aquitania.
Aujourd'hui, oui s'écrit toujours oc en occitan mais le c final ne se prononce pas.
 
 
Dans le nord de la France, on rencontrait au Moyen Âge deux formes : o et oil.
Ce mot dérive également du latin hoc et ille (celui-ci) pour renforcer l'affirmation.
On ne disait pas [oï] mais o-il. Comme la prononciation du o avait tendance à se transformer en [ou], on est passé à [ou-il], puis la lettre finale l (comme le c dans le midi) a disparu de la prononciation pour devenir [ou-i] et finir en un seul son : oui ! En français, langue de la France, du nom de la tribu des Francs.
 
 

vendredi 5 février 2016

My granny’s goat in Notre-Dame de Paris

That goat was called Poupée (Doll in French). It was a pretty little goat, with long white hair and black spots. From his neighbouring monastery, Dom Robert used to visit our farm to draw our goats, chickens, hens, butterflies and plants in the mountains. He elected Poupée for one of his tapestries, Plein Champ (1970).
As goats are always moving when eating outside, the artist asked my grand-mother Rose to hold her while he made his sketches.
In the framework of the international climate conference (COP 21) that took place last December in Paris, six tapestries of Dom Robert were presented in Notre-Dame cathedral, as an "Ode to Creation". Poupée was part of the show.
 
E. Driessen©
In this picture dated 1969, Poupée can be seen leading the flock. Dom Robert decided to paint its ears in white while their true colour was black like a small devil.
 
And during these weeks spent in the beautiful cathedral, when the tourists had deserted the place at night, I believe that the soul of my grand-mother with Poupée went dreaming with Esmeralda and her goat Djali who have been living there for centuries.
“The girl at length paused, panting with her exertions, and the people applauded with enthusiasm. " Djali !" said the Bohemian, and up started a pretty little white goat, a nimble, lively, glossy creature, with gilt horns, gilt hoofs, and a gilt collar, which Gringoire had not yet perceived, and which had, till then, been lying at the corner of the carpet watching her mistress dance.”
Victor Hugo (1802-1885) the Hunchback of Notre Dame

jeudi 4 février 2016

La chèvre de Mémé Rose à Notre-Dame de Paris

Elle s’appelait Poupée. C’était une jolie petite chèvre aux longs poils blancs tachetés de noir. De son monastère voisin, Dom Robert venait souvent dans notre ferme pour dessiner nos chèvres, poules, coqs, papillons et plantes de la montagne. Il avait choisi Poupée pour une de ses tapisseries, Plein Champ (1970). Comme une chèvre est toujours en mouvement quand elle broute dehors, il avait demandé à Mémé Rose de bien vouloir la tenir, le temps qu’il en fasse le croquis.

Dans le cadre de la conférence climatique (COP 21) qui s’est tenue à Paris en décembre 2015, une exposition de six grandes tapisseries de Dom Robert a été présentée dans la grande nef de la cathédrale Notre-Dame de Paris, comme une « Ode à la création ». Poupée était du voyage.
 

E. Driessen©
Voici une photographie de 1969 où l’on voit Poupée en tête du troupeau. On peut constater que Dom Robert avait éclairci ses oreilles noires pour éviter peut-être son petit côté diablotin.

 

Et durant cette longue période dans la belle cathédrale, chaque nuit, quand la foule des fidèles et des touristes a déserté ce magnifique vaisseau gothique, l’âme de Mémé Rose est peut-être allée rêver avec Poupée auprès de celle d’Esméralda avec sa biquette Djali qui y habitent depuis plus d’un siècle, depuis le Moyen-Age peut-être.
« La jeune fille, essoufflée, s'arrêta enfin, et le peuple l'applaudit avec amour."Djali !", dit la bohémienne. Alors Gringoire vit arriver une jolie petite chèvre blanche, alerte, éveillée, lustrée, avec des cornes dorées, avec des pieds dorés, avec un collier doré, qu'il n'avait pas encore aperçue… »  Victor Hugo (1802-1885) - Notre-Dame de Paris